Jeudi 8 septembre 2022 à 19h, nous aurons l’immense honneur de recevoir François-Xavier Fauvelle le plus grand historien français de L’Afrique et Anne Lafont, historienne de l’art, directrice d’études à l’EHESS et titulaire de la chaire Histoire de l’art et créolités.

 

François-Xavier Fauvelle, professeur depuis 2019 au Collège de France titulaire de la chaire d’Histoire et archéologie des mondes africains, ne cesse de rappeler, face aux multiples préjugés à l’égard de l’Afrique, que, comme toutes les sociétés du monde, l’Afrique possède une histoire restée très/trop longtemps méconnue et d’interroger l’authenticité des récits qui construisent cette histoire de l’Afrique médiévale.

 

Le livre qui paraît aux éditions du CNRS, Les Masques et la mosquée rassemble ses cours de l’année 2021-2022 intitulés L’Empire du Mâli (XIIIe et XIVe siècles).

 

L’Afrique et le monde : histoires renouées publié aux éditions La Découverte en co-direction avec Anne Lafont est une « histoire conversation pour renoncer au récit monologue qui raconterait l’histoire depuis un bord, une expérience ».

 

« Loin que l’Homme africain, avec un grand H, souffre d’un défaut d’Histoire, avec un grand H, ce sont plutôt nos sociétés contemporaines qui souffrent d’un déni de l’historicité des sociétés africaines »

Leçons de l’histoire de l’Afrique, Collège de France / Fayard. p. 14

 

« Il y a des personnes qui disent que l’Afrique n’a pas d’histoire. Je ne sais pas ce qu’elles ont en tête à ce moment-là, c’est une conception que je n’arrive pas à explorer »

Penser l’histoire de l’Afrique, CNRS éditions / De vive voix p.5

Il ne s’agit pas ici de dénoncer le numérique. Nous en sommes tous des usagers, à différente échelle, mais nous le sommes.

L’objet de cette mise en avant est de comprendre les enjeux d’un usage intensif et inconscient lié à des mutations technologiques extrêmement rapides : des enjeux écologiques, des enjeux humains, des enjeux politiques.

« Le seul remède, c’est d’accepter de réfléchir, de faire passer le raisonnable avant le  "possible"  magique de toutes les applications techniques (…) et de chercher concrètement quels sont les besoins vrais des utilisateurs : ce ne sont en effet jamais eux qui  "commandent"  mais "l’impératif technologique" ». Jacques Ellul

Les nouveautés du rayon Histoire

empty