REVUE MULTITUDES n.49 ; transmigrants ; dette? quelle dette?

REVUE MULTITUDES n.49 ; transmigrants ; dette? quelle dette?

À propos

Ces vingt dernières années, des populations de migrants internationaux sont apparues sous la dénomination de transmigrants :
Transversales, aux diverses frontières des découpages en zones « développées », « émergentes » ou « en développement ».
Elles sont en premier lieu formées de migrants en tournées internationales, « de chez eux à chez eux », pour la vente de produits ou services, notamment autour du bassin méditerranéen étudié par Alain Tarrius. Elles se manifestent de l'intérieur d'anciennes et puissantes diasporas, chinoise ou turque, respectivement décrites par Emmanuel Ma Mung et Stéphane de Tapia, ou quand des migrants internationaux bloqués aux frontières de nations de destination ne renoncent pas à leur projet et aménagent, parfois longuement, réseaux et activités susceptibles de les aider à franchir l'obstacle : c'est le cas des Afghans.
Ce dossier présente des populations dont la transmigration aboutit ou traverse la France, et dont l'origine se situe hors de la communauté européenne, sauf pour les Roms, suivis par Lamia Missaoui. La figure du transmigrant attire de plus en plus les jeunes qui rêvent de quitter l'enclavement résidentiel des premières générations, comme le montre Ahmed Boubeker. Côté jeunes femmes, ce désir d'émancipation est souvent capté par les réseaux de prostitution et de trafic de drogue qui prolifèrent le long de la Méditerranée, s'inquiète Dominique Sistach. C'est aussi à la transformation des rôles féminins dans la transmigration entre villes et campagnes, en Chine cette fois, que s'intéresse Laurence Roulleau- Berger. S'intéresser aux transmigrants, c'est s'intéresser à la parole propre des migrants sur les trajectoires qu'ils suivent.

Tous les débats politiques contemporains semblent obsédés par l'exigence de devoir rembourser les dettes publiques, avec les conséquences que l'on sait.
Juan Martinez Alier, traitera de la dette écologique. Yves Citton interrogera les discours actuels sur les dettes publiques dans la triple perspective de « la dette sociale, » de la notion d'« avances », et de la notion de « debitum conjugal » au sein du mariage chrétien. Ariel Kyrou s'interrogera sur la façon dont toute l'économie du web repose sur la dette - non-dite et nécessairement impayée - du logiciel et des oeuvres « libres ». Les économistes Frédéric Lordon et André Orléan exprimeront dans un entretien leur vision de possibles « sorties de crise ». Yann Moulier Boutang montrera comment la société « pollen » fait apparaître la dette sous un jour très différent, celui des « investissements » productifs et sociaux.
L'exemple de la dette étudiante nordaméricaine, permettra d'entrevoir comment c'est en ne payant pas leurs dettes que les peuples peuvent apprendre à s'enrichir.
Enfin, un extrait du Tiers Livre de Rabelais nous rappellera que la sagesse de l'éloge de la dette ne date pas d'hier.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique

  • EAN

    9782916940830

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    240 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    26.5 cm

empty