Le journal de mon père Le journal de mon père
Le journal de mon père Le journal de mon père

Le journal de mon père

À propos

Contrairement à l'impression suggérée par son titre, Le Journal de mon père n'est pas un récit autobiographique. Jirô Taniguchi a simplement «planté» son scénario à Tottori, sa ville natale, où il a tant de repères et de souvenirs. Le héros de cette histoire s'appelle Yoichi Yamashita et travaille à Tokyo dans une agence de design. Apprenant la mort de son père, il revient après une très longue absence à Tottori, la ville qui l'a vu grandir. Au cours d'une veillée funèbre très arrosée, le passé des années 50 et 60 ressurgit : l'incendie qui a ravagé la ville et la maison familiale, le dur labeur pour la reconstruction, le divorce de ses parents, ses souffrances d'enfant. Lors de cette veillée, chaque membre de la famille apporte un éclairage nouveau sur la personnalité de ce père que Yoichi tenait jusque-là pour responsable du désastre familial. Le fils réalise finalement, mais trop tard, qu'il a sans doute été le seul responsable de leur douloureuse incompréhension.

Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Manga / Manhwa / Man Hua

  • EAN

    9782203003385

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    274 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    17.3 cm

Jirô Taniguchi

Jirô Taniguchi fait ses débuts dans la bande dessinée en 1970 avec Un été desséché. De 1976 à 1979, il publie avec le scénariste Natsuo Sekigawa plusieurs récits d'inspiration hard-boiled, dont Ville sans défense, Le Vent d'ouest est blanc et Lindo 3.ÿInfluencé par des auteurs européens – Moebius, Bilal ou Crespin –, il travaille ensuite en solitaire et signe, entre autres, L'Homme qui marche, Le Chien blanco (2 volumes), Le Journal de mon père (2 volumes), Quartier lointain (2 volumes), L'Orme du caucase (adaptation de nouvelles d'Utsumi), Terre de rêves, L'homme de la toundra, Le Gourmet solitaire – autant d'albums traduits et publiés par Casterman. Il réside au Japon.

empty