• May Picqueray (1898-1983) n'a loupé aucun des grands rendez-vous de l'histoire du XXe siècle. Dès 1921, elle envoie un colis piégé à l'ambassadeur des États-Unis à Paris, pour protester contre la condamnation à mort de Sacco et Vanzetti. En novembre 1922, elle est mandatée par la Fédération des métaux de la CGTU au congrès de l'Internationale syndicale rouge, à Moscou. Elle monte sur la table pour dénoncer un congrès en train de se goberger pendant que les ouvriers russes crèvent de faim, chante Le Triomphe de l'anarchie en fin de repas et refuse de serrer la main de Trotski, à qui elle est pourtant venue demander la libération des anarchistes. Pendant la guerre, elle fabrique des faux papiers. Puis elle s'investit dans les mobilisations du Larzac, de Creys-Malville, oeuvre en faveur des objecteurs de conscience. Rien ne prédisposait cette petite Bretonne ayant commencé à travailler à l'âge de 11 ans, devenue correctrice du Canard enchaîné, à côtoyer Sébastien Faure, Nestor Makhno, Emma Goldman, Alexandre Berkman, Marius Jacob... Ce livre d'une réfractaire à toutes les injustices est de ceux qui incitent à ne pas désespérer de l'espèce humaine.

  • Disons le tout net, ce livre est tout à la fois passionnant et bouleversant.
    Passionnant, parce que May Picqueray (1898-1983) n'aura Loupé aucun des grands rendez-vous de l'histoire de 1920 à sa mort. Dès 1921, en effet, elle envoie un colis piégé (il explosera sans faire de victime) à l'ambassadeur des Etats-Unis à Paris, pour protester contre la condamnation à la chaise électrique, et malgré leur innocence, de Sacco et Vanzetti. En novembre 1922 elle est mandatée par la Fédération des Métaux de la CGTU au congrès de l'Internationale syndicale rouge à Moscou inaperçue.
    Car qui monte sur la table pour dénoncer un congrès en train de se goberger pendant que les ouvriers russes crèvent de faim ? Qui ose chanter " Le triomphe de l'anarchie " en fin de repas ? Et, qui refuse de serrer la main au généralissime Trotsky à qui elle est pourtant venu demander la libération des anarchistes ? Ensuite, en 1924, elle est encore là pour faire le coup de poing au meeting de la Grange-aux-Belles lors duquel les bolchos tuèrent deux ouvriers anarchistes par balles.
    Pendant la guerre, elle fit, bien évidemment des faux papiers et prit mille risques pour... Et puis, mai 1968, le Larzac en 1975, Creys Malville en 1977... Jusqu'au bout ! Bouleversant, parce que rien ne prédisposait une petite bretonne ayant commencé à travailler à 11 ans à rencontrer et à cotoyer des Sébastien Faure, Nestor Makhno, Emma Goldman, Alexandre Berckman, Marius Jacob, Durruti..., et autres personnalités du mouvement anarchiste français et international du XXe siècle.
    Et tout cela, en se payant le luxe d'une intransigeance de tous les instants, d'un courage à toute épreuve et d'une gentillesse jamais démentie. Au bout du compte, mais on l'aura aisément compris, ce livre d'une " réfractaire " à toutes les injustices comme à toutes les oppressions est de ceux, rares, qui incitent à ne pas désespérer de l'espèce humaine. Mais, jugez en !

empty