Sciences humaines & sociales

  • Savez-vous qu'il existe un autre français que celui que nous employons communément à l'écrit et à l'oral ? C'est la langue des signes française, une langue à part entière avec ses règles, ses usages, ses codes et ses subtilités. Olivier Marchal, auteur notamment d'un Précis de la langue des signes française, en conte l'histoire et le fonctionnement, et montre combien l'humour est présent dans ce français signé. Il n'est qu'à penser au fait que pour désigner Nicolas Sarkozy, le signe imite un haussement de sourcils, l'un des tics les plus connus de l'ancien président !

  • Encore sous le coup d'un jugement sans appel sur ses moeurs et sa personnalité. En nous plongeant au coeur bouillonnant de la vie mondaine du XVIIIe siècle, Olivier Marchal propose un portrait plus attachant et nuancé de l'auteur des Confessions, insistant sur son ascendance roturière et sa soif d'absolu.
    Il ressuscite pour l'occasion ses plus proches contemporains, Diderot, Thérèse Levasseur, Grimm, d'Alembert, Louise d'Épinay, Madame Dupin, la comtesse d'Houdetot ou Voltaire, tous acteurs d'une troublante comédie des masques, à laquelle Jean-Jacques Rousseau ne souhaita jamais s'asservir.

  • « A tout prendre, je m'aimerais assez comme je suis, si je n'avais souvent été malheureuse par ma faute. » À l'aube de ses trente ans, Louise d'Épinay porte un jugement désabusé sur son existence passée : sur sa vie d'épouse, sa vie de mère, sa vie d'amante, sa vie de femme enfin, désormais plongée à corps perdu dans le Paris des Lumières. Quelle faute pourrait-elle se reprocher ? D'avoir refusé le triste rôle que lui assignait sa famille ? D'avoir lutté pour son émancipation intellectuelle ? D'avoir voulu satisfaire ses ambitions, peut-être ? C'est au contraire pour ces raisons qu'il faut l'aimer, comme l'ont aimée Rousseau, Voltaire, Diderot et tous les grands hommes qui ont vécu auprès d'elle.
    Par sa quête d'un bonheur personnel, par sa volonté de s'accomplir et de maîtriser son destin, Louise n'était pas de son temps. Elle est du nôtre.

empty