Littérature traduite

  • Anna Feigenbaum relate comment cette arme chimique, d'abord utilisée sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale, fut peu à peu intégrée à la panoplie du maintien de l'ordre civil partout dans le monde, et comment elle est devenue l'un des piliers des pouvoirs établis ainsi qu'une vache à lait de l'industrie de l'armement.
    L'auteure a enquêté sur les fabricants et leurs liens délétères avec les régimes autoritaires qui ont fait le choix politique des tactiques offensives de maintien de l'ordre, menaçant le droit d'expression et celui de s'assembler.
    Le tout forme un récit saisissant qui fourmille de témoignages et de documents déclassifiés démontrant les dangers du maintien de l'ordre toxique.

  • Dans la lignée des travaux de Jacques Rougerie, ce livre d'un professeur de Cambridge poursuit le renouvellement de l'histoire de la Commune de Paris. Il propose une synthèse ouverte, riche et dense, qui tient compte des études les plus récentes, en particulier de celles traitant de l'importance des transformations urbanistiques du Paris du Second Empire. La mise à distance critique des faits et des témoignages, qui n'empêche pas une écoute « compréhensive » des acteurs, loin de la position de surplomb académique, le conduit également à une évaluation à la baisse du nombre des victimes de la Semaine sanglante. [Le Monde diplomatique, septembre 2015]

  • Au début du XXe siècle, en Grande-Bretagne, pays qui se veut un modèle démocratique, les femmes sont privées du droit de vote et celles qui le revendiquent sont réprimées. À Manchester et dans les villes cotonnières du nord de l'Angleterre, des ouvrières se mobilisent : ce sont les suffragistes radicales. Leur combat pour le suffrage s'inscrit dans celui, plus vaste pour la cause des femmes : pour de meilleures conditions de travail et l'égalité des salaires ; pour le droit à l'éducation et au divorce ; pour l'émancipation ouvrière et le socialisme. Leur militantisme lui-même est un combat, avec « une main liée dans le dos », quand il faut en même temps élever une famille et gagner sa vie. Quand la guerre éclate, les suffragistes radicales sont antimilitaristes et pacifistes.

  • Ce livre, écrit pour des étudiants de troisième année mais se donnant comme horizon un plus large public, réussit pleinement son pari. Il est à la fois d'une lecture agréable et claire, mêlant fortes conclusions et questionnements pour un public de spécialistes. Il serait vain, en quelques lignes, de résumer son contenu. Notons furtivement l'importance accordée au gouvernement quotidien de la Commune, à la guerre civile, ou aux questions de genre, et, surtout, à la façon dont la Commune s'inscrit dans l'histoire.

empty