Inculte

  • Ces vingt dernières années, des populations de migrants internationaux sont apparues sous la dénomination de transmigrants :
    Transversales, aux diverses frontières des découpages en zones « développées », « émergentes » ou « en développement ».
    Elles sont en premier lieu formées de migrants en tournées internationales, « de chez eux à chez eux », pour la vente de produits ou services, notamment autour du bassin méditerranéen étudié par Alain Tarrius. Elles se manifestent de l'intérieur d'anciennes et puissantes diasporas, chinoise ou turque, respectivement décrites par Emmanuel Ma Mung et Stéphane de Tapia, ou quand des migrants internationaux bloqués aux frontières de nations de destination ne renoncent pas à leur projet et aménagent, parfois longuement, réseaux et activités susceptibles de les aider à franchir l'obstacle : c'est le cas des Afghans.
    Ce dossier présente des populations dont la transmigration aboutit ou traverse la France, et dont l'origine se situe hors de la communauté européenne, sauf pour les Roms, suivis par Lamia Missaoui. La figure du transmigrant attire de plus en plus les jeunes qui rêvent de quitter l'enclavement résidentiel des premières générations, comme le montre Ahmed Boubeker. Côté jeunes femmes, ce désir d'émancipation est souvent capté par les réseaux de prostitution et de trafic de drogue qui prolifèrent le long de la Méditerranée, s'inquiète Dominique Sistach. C'est aussi à la transformation des rôles féminins dans la transmigration entre villes et campagnes, en Chine cette fois, que s'intéresse Laurence Roulleau- Berger. S'intéresser aux transmigrants, c'est s'intéresser à la parole propre des migrants sur les trajectoires qu'ils suivent.

    Tous les débats politiques contemporains semblent obsédés par l'exigence de devoir rembourser les dettes publiques, avec les conséquences que l'on sait.
    Juan Martinez Alier, traitera de la dette écologique. Yves Citton interrogera les discours actuels sur les dettes publiques dans la triple perspective de « la dette sociale, » de la notion d'« avances », et de la notion de « debitum conjugal » au sein du mariage chrétien. Ariel Kyrou s'interrogera sur la façon dont toute l'économie du web repose sur la dette - non-dite et nécessairement impayée - du logiciel et des oeuvres « libres ». Les économistes Frédéric Lordon et André Orléan exprimeront dans un entretien leur vision de possibles « sorties de crise ». Yann Moulier Boutang montrera comment la société « pollen » fait apparaître la dette sous un jour très différent, celui des « investissements » productifs et sociaux.
    L'exemple de la dette étudiante nordaméricaine, permettra d'entrevoir comment c'est en ne payant pas leurs dettes que les peuples peuvent apprendre à s'enrichir.
    Enfin, un extrait du Tiers Livre de Rabelais nous rappellera que la sagesse de l'éloge de la dette ne date pas d'hier.

  • On ne peut plus penser nos sociétés comme composées d'« individus » communiquant des « informations » à travers des « médias ». À l'âge des « profils » numériques, on ne peut raisonner en termes de « masses » indistinctes ballottées par de grands manipulateurs. Ce qu'il faut apprendre à voir et à expliquer, ce sont les médiums multiples et superposés qui nous immergent, nous font respirer, inspirer, expirer nos idées et désirs singuliers. Yves Citton, Frédéric Neyrat et Dominique Quessada proposent de rassembler des contributions pour une majeure consacrée à la puissance médiumnique des médias à l'ère de la biopolitique.

  • Yves Citton, Frédéric Neyrat et Dominique Quessada proposent de rassembler des contributions pour une majeure consacrée à la puissance médiumnique des médias à l'ère de la biopolitique.

  • Cette édition très spéciale célébrera le cinquantième numéro de Multitudes en faisant le point sur les diverses formes de résistances créatives opposées à l'emprise de plus en plus étouffante du capitalisme global.
    Nous multiplierons les observations des mutins qui, de l'Argentine des années 1990 à l'occupation de Wall Street en 2011, s'opposent par les moyens les plus divers aux mesures imposées au nom de la logique comptable et des nécessités financières. Un thème récurrent montrera que le capitalisme (cognitif ) est simultanément dépassé par la logique interne de son développement et par la résistance de ceux qui s'opposent à lui.
    Au-delà de leurs actes de résistance, nous observerons les nouvelles formes de vie locales ou globales de ces lutins et mutins.
    Question cruciale du dossier : comment faire de la politique aujourd'hui ? Occuper une place publique, aider des immigrés illégaux, bricoler une université populaire, animer une revue, faire du lobbying auprès de dirigeants politiques, passer au bio, instituer un collectif d'intermittents : autant de terrains d'invention dont la cartographie reste encore largement à faire.

  • Majeure : Territoires et communautés apprenantes.
    Coordination Thanh Nghiem et Anne Querrien.
    Certaines communes, certains territoires, ne se sont pas pliés à l'injonction de banalisation qui accompagne l'intervention des marchés financiers. Elles ou ils se sont appuyés sur l'histoire locale pour développer des processus d'apprentissage collectifs aidés par les nouvelles technologies de communication et pour créer des modèles de développement local originaux dans lesquels le volontarisme s'allie à l'écologie.
    Les efforts de Loos en Gohelle viennent d'être reconnus par l'inscription du bassin minier au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le réseau des associations des élus et des techniciens concernés par la Loire vivante a fait abandonner les projets de barrage et d'endiguement. La mise à disposition d'Internet à tous les habitants de l'agglomération de Brest par les services sociaux a créé une nouvelle compétence collective de solidarité. La commune de Mouans-Sartoux a sauvé son terroir vinicole et s'est promue capitale régionale du livre.
    Grâce à la diffusion des modèles en open source sur internet la fabrication d'un écoquartier est maintenant à la portée de tout groupe d'habitants décidé à suivre les enseignements de Bedzed.
    Dans la formation des adultes aussi la mutualisation des parcours devient incontournable, tandis que les jeunes s'essaient dès la fin du collège à construire leurs propres communautés, en France comme au Brésil.

    Mineure : Capitalisme émotionnel.
    Coordination S. Laugier et P. Molinier.
    Le capitalisme ne produit pas seulement des biens et des services, mais des émotions et des formes de relations où l'affectivité s'intrique avec le marchand.
    Nous consommons des émotions, et nos émotions sont consommées, classifiées et mesurables. Leur marchandisation leur imprime des formes nouvelles, elles aussi segmentées et spécialisées. Au-delà d'un point de vue nécessairement critique, ou pour l'argumenter, il est important de se demander quels types de relations nouvelles se nouent entre les gens qui délivrent du travail émotionnel et ceux qui en reçoivent, dans quelle mesure cela altère leur authenticité des relations ou à l'inverse fait reconnaître des dimensions et redéfinitions méconnues du service...
    Hors champ : Hacktivisme/Transhumanisme, Nicolas Auray.
    A chaud : Notre Dame des Landes, Frédéric Neyrat.
    L'égalité des territoires, Anne Querrien.
    Icônes : Gerd Arntz.

empty