Agnes Vienot

  • Manger pour ne pas être mangé !Tel est le leitmotiv des Fables et l'ambition de ce livre.
    Contemporain du Roi Soleil, La Fontaine écrit les Fables (1668 - 1694) en pleine révolution gastronomique. Les cuisiniers découvrent les légumes, déglacent les viandes, préparent des bouillons, confectionnent des coulis et remplacent les épices par les herbes potagères. Le beurre triomphe. Il lie les roux, émulsionne les sauces telles la hollandaise et nourrit la pâte feuilletée. Le sucre est désormais réservé aux seuls desserts, crèmes et gelées.
    A Versailles, Louis XIV réclame des petits pois toute l'année, des salades en été ou des fraises en hiver. Le peuple se nourrit (encore trop peu) de céréales, de légumineuses et de racines. Cette cuisine, combinant recettes sophistiquées et plats du terroir, pose les bases de notre belle cuisine classique d'aujourd'hui. Citrouille, bette, betterave, navet, oseille ou champignon, les herbes et les légumes du potager sont ici mis à l'honneur.
    Les céréales ne sont pas oubliées, ainsi les volailles et le petit gibier. Quant aux desserts, ils sont vaporeux et délicats, aux fruits des bois et des vergers. Moralité : Patriotiques et authentiques, poétiques et de bon goût, les 33 fables et les 55 recettes alimentent plus que jamais notre besoin de rêve (éveillé) et nos envies de retour à la nature.

  • Hippolyte Romain tire le portrait des plus fameux corsaires et autres flibustiers, nous conte les aventures de ces grands voyageurs de mers et au delà, nous familiarise avec leurs codes, leurs pratiques et leurs cuisines.
    De Sir Henry Morgan à Jean Lafitte, de Rackam le rouge à Mary Read et Ann Bonny sans oublier Barbe Noire ou le Capitaine John Avery, ces corsaires nous entrainent aux caraïbes, à l'ile de la Tortue ; à Venise ; à Pondichéry ou encore Zanzibar. Ils s'adaptent vite aux coutumes locales et sont les pères de la viande boucanée ou séchée, des poissons marinés... Ils découvrent et font bon usage des fruits tels l'ananas, l'avocat, ou encore la pastèque...
    Leur cuisine met les épices à l'honneur : piment, poivre... et le punch est leur boisson nationale. Bref, cette cuisine, à l'origine de la cuisine moderne, ou cuisine internationale, nous propose des mets haut en couleur, souvent relevés. C'est une cuisine simple, enrichie lors des prises car les corsaires, habitués aux rudes conditions de la vie en mer, ne manquent pas une occasion d'organiser de grands festins !

empty