"Littérature prolétarienne"

Est défini par Henry Poulaille, fondateur du « Groupe des écrivains prolétariens de langue française », connu aussi sous le nom d'« école prolétarienne », comme auteur prolétarien tout auteur :

- né de parents ouvriers ou paysans

- autodidacte (ayant quitté tôt l'école pour travailler, ou à la rigueur ayant bénéficié d'une bourse - en général pour devenir instituteur dans le système primaire, « l'école des pauvres », à l'époque où deux systèmes scolaires cohabitaient)

- et qui témoigne dans ses écrits des conditions d'existence de sa classe sociale.

La littérature prolétarienne, entendue comme « des écrivains s'intéressant au prolétariat, et écrivant sur lui », ne se résume donc pas au groupe initié par Henry Poulaille dans les années 1930.

Elle s'est développée et continue son expression sous des formes diverses et hors de toute « école littéraire ».

En voici une sélection.

empty