Antoine Volodine et le post-exotisme

(DR)

Depuis 30 ans, et avec une certaine discrétion, Antoine Volodine et ses hétéronymes bâtissent une œuvre littéraire dense, multiple, magique : le post-exotisme.

Le post-exotisme est un ensemble, un édifice, plutôt qu'un courant.

Il connaît des sujets forts et récurrents : l'échec des révolutions, les utopies bafouées, un monde post-apocalyptique, la dégénérescence de l'humanité... L'humain y est blessé, diminué, mort souvent, errant entre deux états, rendu à son animalité parfois.

Les lieux sont de première importance également, d'une cellule à un camp de travail, de la Taïga au Bardo, espace indéfini où erre l'individu entre deux incarnations.

Dans cette noirceur, a priori peu d'espoir... Mais la beauté est toujours manifeste dans l’œuvre post-exotique.

Dans un souffle, dans une vision, adviennent de purs moments d'émerveillement.

C'est là que la magie opère : la langue de Volodine est de celles qui imposent leur rythme, travaillée à tel point qu'elle doit sortir de votre corps, et vous voilà lisant à haute voix d’invraisemblables confessions, des déclarations d'amours longtemps oubliées...

empty