À propos

«La sexualite releve de la sphere privee. Ni le procureur ni le juge n'ont le droit de s'eriger en gardien de l'ordre moral. [...] Nous travaillons avec le code penal, pas avec le code moral». Avec ces propos simples mais percutants, le procureur Frederic Fevre demonte, en quelques instants, le fragile echafaudage d'accusations accumulees contre l'ancien patron du FMI. Dominique Strauss-Kahn a faute, sans doute. Mais pas en regard de la loi.

C'est un proces presque surrealiste, aux airs de telefilm americain, qui se

tenait a Lille au debut de cette annee 2015. La conclusion de trois ans d'en- quete, d'acharnement mediatique, de revelations choquantes...

Les croquis de Francois Boucq decrivent, en quelques traits, l'apathie d'un Dominique Strauss-Kahn epuise par le deluge de scandales qui deferle depuis quelques temps sur ses epaules... Ou bien la levre pleine de Dodo la Saumure, maquignon sur de son droit qui bavarde avec insouciance avec le juge, en homme habitue des tribunaux. Des dessins realistes, mais qui se permettent aussi d'outrer certains traits. Comme le dit Francois Boucq « rendre excessifs certains aspects des personnages permet d'affirmer son

point de vue, de dire : moi, je choisis cet angle parce que je vois les personnages ainsi. Je ne suis pas neutre. J'assume ma position. »

Observatrice silencieuse mais a la plume efficace, la journaliste Pascale Robert-Diard, chroniqueuse au journal Le Monde, fut le temoin privilegie de cette saga judiciaire aux allures de huis clos. Elle livre ici, sans jugement, mais sans concession non plus, un compte rendu presque clinique du proces. Un recit que vient appuyer le talent de Francois Boucq a travers des dessins extremement expressifs et eloquents, donnant corps a des protagonistes que la presse a longtemps eu tendance a deshumaniser.


Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes


  • Auteur(s)

    Pascale Robert-Diard, François Boucq

  • Éditeur

    Lombard

  • Distributeur

    ePagine

  • Date de parution

    03/07/2015

  • Collection

    Hors Collection Le Lombard

  • EAN

    9782803652648

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    136 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    78 141 Ko

  • Lectorat

    à partir de 16 ans

  • Diffuseur

    Média Diffusion

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

    3.0

Navigation

Table des matières adaptable Un sommaire est présent dans le contenu du livre, ce qui permet de l'utiliser avec un affichage adapté.

Pascale Robert-Diard

Journaliste aguerrie du Monde, et figure de proue du monde judiciaire, elle a suivi les plus grandes affaires de justice de ces vingt dernières années. Sa connaissance des arcanes de la justice, la finesse de sa plume et son regard perspicace ont fait de ses articles des incontournables de la
littérature judiciaire. Elle est l'auteur de plusieurs chroniques et essais dont La Déposition chez L'Iconoclaste, finaliste du prix Femina 2016 ; Dans le ventre de la justice chez Perrin ; Les grands procès aux Arènes et Le procès Carlton au Lombard.

François Boucq

François Boucq est né à Lille en 1955. Très jeune et sans formation particulière, il propose des caricatures à des magazines comme Le Point ou L'Expansion qui les publient. Il signe plusieurs albums mais c'est avec Les pionniers de l'aventure humaine (Casterman 1984) qu'il connaît la notoriété. Depuis lors sont parus, toujours chez Casterman, La femme du magicien (1986) - qu'il cosigne avec Jérôme Charyn et qui obtient l'Alfred du meilleur album la même année - Point de fuite pour les braves (1986), La pédagogie du trottoir (1987), Bouche du diable (1990, scénario de Charyn) et, à partir de 1992, sur un scénario de Jodorowsky, la série Face de Lune (deux albums sur trois déjà publiés). Rappelons que La dérisoire effervescence des comprimés a obtenu en 1991 le Prix du meilleur album BD à Charleroi et le Prix RTL de la bande dessinée. En 1993, il nous a donné Un point c'est tout, suivi, en 1994, de Les dents du recoin, le premier album des aventures de Jérôme Moucherot. En 1996, Boucq nous propose une suite de petites histoires mettant en scène la Mort, mais à sa façon, c'est à dire avec humour, légèreté et talent : c'est La rage de vivre. Cet album est suivi en 1998 de Sus à l'imprévu ! et du Péril pied-de-poule, deux albums consacrés à Jérôme Moucherot. Le quatrième album de cette série, J'assure ! est paru en octobre 1999. François Boucq a été désigné Grand Prix de la bande dessinée Angoulême 1998 pour l'ensemble de son oeuvre.

empty