Rencontre avec Sarah Jollien-Fardel et Sabine Wespieser

Google Agenda

Le 8 octobre 2022 de 19h00 à 20h00

Les Traversées

À l'occasion de la parution du premier roman de Sarah Jollien-Fardel Sa Préférée, nous sommes heureux de vous inviter à une rencontre avec son auteure et Sabine Wespieser pour fêter les 20 ans des Éditions Sabine Wespieser. Vingt ans après la parution des premiers livres, à la fin du mois d’août 2002, le catalogue de Sabine Wespieser éditeur compte plus de 200 titres. Aux premiers auteurs publiés alors – Vincent Borel, Michèle Lesbre, Diane Meur ou Nuala O’Faolain –, dont l’œuvre s’y est déployée au fil des années, se sont adjoints de nombreux autres (80 à ce jour), écrivains de langue française de tous horizons (de Belgique, du Canada, de France, du Liban, d’Haïti…) ou écrivains d’ailleurs servis par le travail de leurs traducteurs.

Sa Préférée de Sarah Jollien-Fardel

Dans ce village haut perché des montagnes valaisannes, tout se sait, et personne ne dit rien. Jeanne, la narratrice, apprend tôt à esquiver la brutalité perverse de son père. Si sa mère et sa sœur se résignent aux coups et à la déferlante des mots orduriers, elle lui tient tête. Un jour, pour une réponse péremptoire prononcée avec l’assurance de ses huit ans, il la tabasse. Convaincue que le médecin du village, appelé à son chevet, va mettre fin au cauchemar, elle est sidérée par son silence.

Dès lors, la haine de son père et le dégoût face à tant de lâcheté vont servir de viatique à Jeanne. À l’École normale d’instituteurs de Sion, elle vit cinq années de répit. Mais le suicide de sa sœur agit comme une insoutenable réplique de la violence fondatrice.

Réfugiée à Lausanne, la jeune femme, que le moindre bruit fait toujours sursauter, trouve enfin une forme d’apaisement. Le plaisir de nager dans le lac Léman est le seul qu’elle s’accorde. Habitée par sa rage d’oublier et de vivre, elle se laisse pourtant approcher par un cercle d’êtres bienveillants que sa sauvagerie n’effraie pas, s’essayant même à une vie amoureuse.

Dans une langue âpre, syncopée, Sarah Jollien-Fardel dit avec force le prix à payer pour cette émancipation à marche forcée. Car le passé inlassablement s’invite.

Sa préférée est un roman puissant sur l’appartenance à une terre natale, où Jeanne n’aura de cesse de revenir, aimantée par son amour pour sa mère et la culpabilité de n’avoir su la protéger de son destin.

empty